Salvatore ADAMO

Album Studio

Regards

*© "Tonight Music"

 


 

 

   
  1

Dans Les mille Ans Qui Viennent
(Secolo Crudele)
Giampiero Artegiani/Salvatore Adamo

Ô siècle insensé, toi qui t'en vas
Ô vieillard fatigué
En Arlequin déguisé
Mérites-tu des vivats?
Ou des huées, des crachats?
Que dira-t-on de toi?
Quand on t'évoquera
Dans les mille ans qui viennent
Dans les mille ans qui viennent

Ô siècle insensé, toi qui t'en vas
Tu nous laisses à genoux
Enlisés jusqu'au cou
Mais on a le "GSM"
Pour appeler Dieu lui-même
Si jamais on l'approche
Si jamais il décroche
Dans les mille ans qui viennent

Emporte au moins le mal que tu as créé
Tes drapeaux par milliers tous de sang maculés
Et tous tes murs de pierres
Entre des peuples frères
Et qu'on n'en parle plus
Et qu'on n'en parle plus
Pour les mille ans qui viennent

Mais qui se souviendra
De la beauté de nos instants d'amour?
Qui se souviendra
De la beauté de nos instants d'amour?

Ô siècle insensé, toi qui t'en vas
As-tu été le pire?
Ou faut-il qu'on t'admire?
Avec ton savoir faire
Avec ton nucléaire
Et l'idée familière
De voir sauter la Terre
Dans les mille ans qui viennent

Ô siècle insensé, ne soyons pas un ???
Merci pour tes grands hommes
Y en a plein ton album
Ils nous ont donné la Lune
Et la télévision
Et la "Roue de la fortune"
Et la grande illusion
Pour les mille ans qui viennent

Si au moins tu t'effaçais pour mille ans de paix
Avec ton horizon plus sombre que jamais
Ton sida et ta drogue
Et tous tes malheurs en vogue
Que nous réserves-tu?
Que nous prépares-tu?
Pour les mille ans qui viennent
Pour les mille ans qui viennent

Mais qui se souviendra
De la beauté de nos instants d'amour?
Qui se souviendra
De la beauté de nos instants d'amour?

Bien sûr on parlera de modernisme
De cubisme, de surréalisme
On parlera aussi de socialisme,
De communisme, de capitalisme
On parlera hélas aussi de stalinisme,
De nazisme, de maccarthysme
Et qui sait si on parlera encore de fanatisme
D'intégrisme, de racisme...

Mais qui se souviendra
De la beauté de nos instants d'amour?
Qui se souviendra
De la beauté de nos instants d'amour?
Qui se souviendra
De la beauté de nos instants d'amour?
 

 


 

 

   
  2

Les Heures Bleues - La Musique Du Temps Qui Passe
(dedicated to his Father and Mother)
Salvatore Adamo

J'entends souvent la douce musique
L'écho lointain d'un bal de quartier
Au temps des valses et tangos magiques
Qui nous berçaient, l'été retrouvé

C'est la musique du temps qui passe
En noir et blanc, en accéléré
Les petits riens que l'oubli menace
Calendrier trop vite effeuillé

Et je revois mon père, ma mère
Sous les lampions, les fleurs en papier
Moi, je suivais sa robe claire
Qui ondoyait comme un blanc voilier

Lui, l'enlaçait, l'allure fière
Tout droit fringuant, tout endimanché
Et racontait de jolie manière
Des souvenirs, sans doute inventés

Moi, je rêvais entre vous deux
J'étais enfant, j'étais heureux
Et je n'ai qu'à fermer les yeux
Pour retrouver ces heures bleues...

Bleu de tes yeux, ma douce, ma reine
Qui me cachait le gris du décor
Bleu de l'espoir, vaillant capitaine
Qui te battait dans l'enfer du Nord

Bleu du dimanche entre compères
Pour oublier quelques instants
Le noir du ventre de la terre
Où vous trimiez en sueur et en sang

C'est la musique des années chimères
Années-misère au bout de l'exil
Moi, je suivais dans votre lumière
Ma vie ne tenait qu'à votre fil

"Ti voglio bene" veut dire "je t'aime"
Et c'était là toute mon Italie,
Cent fois par jour, et mille fois même
C'était du soleil sur ma vie

Moi, je rêvais entre vous deux
J'étais enfant, j'étais heureux
Et je n'ai qu'à fermer les yeux
Pour retrouver ces heures bleues...

Et je n'ai qu'à fermer les yeux
Pour retrouver ces heures bleues...
 

 


 

 

   
  3

Je Crois Aux Anges
even in:  es. nl.
Salvatore Adamo

J'ai cru pendant longtemps
En un monde meilleur
J'en léguerai plus tard
L'espoir à mes enfants
Si au moins ils pouvaient
Ignorer cette peur
Qui me suit pas à pas
Depuis que je suis grand

Je n'ose plus croire hélas
Qu'avant de céder ma place
Je verrai l'embellie
D'un monde sans barbarie

Mais je crois aux anges
Je te l'avais jamais dit
Oui, je crois aux anges
Quand tu me souris
Oui, je crois aux anges
Car je t'ai trouvée
C'est fou comme tout change
On dirait l'été

J'ai suivi des idées
Oubliées en chemin
J'ai cru à l'amitié
J'en suis souvent revenu
J'ai construit, j'ai cassé
Rien n'est jamais certain
J'ai compté sur moi seul
Et je me suis déçu

Mais voici que la vie
Vient me faire une fleur
Voilà même qu'elle est jolie
Avec toi dans mon coeur

Et je crois aux anges
Je te l'avais jamais dit
Oui, je crois aux anges
Quand tu me souris

Oui, je crois aux anges
C'est inespéré
C'est fou comme tout change
On dirait l'été

Oui, je crois aux anges
D'ailleurs ou d'ici
D'où viens-tu mon ange?
D'amour infini

Oui, je crois aux anges
Car je t'ai trouvée

Oui, je crois aux anges
Je te l'avais jamais dit...
 

 


 

 

   
  4

Elle Disait Tout Le Temps "Je T'Aime"
Salvatore Adamo

C'est un fait, ce n'est pas qu'une idée
Les femmes sont compliquées
Je vous l'explique en deux mots
C'est un fait car je l'ai vérifié
Moi qui m'étais trop fié
À mon coeur au galop
J'y croyais quand un matin d'été
Je l'avais rencontrée
Perdue gare St-Lazare
J'y croyais quand elle m'a demandé
De l'aider à porter sa valise plein d'espoirs

Elle disait tout le temps "je t'aime"
Et elle est partie quand même
Je vous le disais, les femmes ont leur secret
J'en ai connu des tas
Et chacune est un cas
Mais celle-là, celle-là je l'oublierai pas
Dix ans qu'elle m'a quitté, elle me manque déjà

Bon d'accord, je faisais quelques écarts
Je fréquentais plus les bars
Que ses bras tout confort
Bon d'accord, j'étais un peu glandeur
Et même un peu menteur
Et voyou sur les bords
Bon d'accord, elle prenait quelques gnons
À mes sorties de prison
Mais c'était l'émotion
Bon d'accord, j'ai pas que des bons côtés
Mais j'ai mes qualités
On me connaît mal au fond

Elle disait tout le temps "je t'aime"
Et elle est partie quand même
Ah celle-là, celle-là je l'oublierai pas
Dix ans qu'elle m'a quitté, elle me manque déjà

Je comprends pas et j'avoue que ça m'obsède
Comme disait le cher Alfred
A quoi rêvent les nanas
Croyez-moi, je lui ai tout donné
Frigidaire et télé et tout le tralala

Et pourtant un matin je suis rentré
J'ai eu beau l'appeler
Il n'y avait plus personne
Mais comment a-t-elle pu emporter
Sans mes bras pour l'aider
Sa valise de deux tonnes?

Elle disait tout le temps "je t'aime"
Et elle est partie quand même
Je vous le disais, les femmes ont leur secret
J'en ai connu des tas
Et chacune est un cas
Mais celle-là, celle-là je l'oublierai pas
Dix ans qu'elle m'a quitté, elle me manque déjà

Mais si elle revenait quand même
Je lui dirai tout le temps "je t'aime"
Car celle-là, celle-là je l'oublierai pas
Dix ans qu'elle m'a quitté, elle me manque déjà
Oui celle-là, celle-là je l'oublierai pas
Dix ans qu'elle m'a quitté, elle me manque déjà.
 

 


 

 

   
  5

Anima
Salvatore Adamo

Les collines en fleurs, les rivières,
Les couleurs de la terre
Les simples bonheurs de naguère
De l'autre côté des heures à l'envers
Des douceurs éphémères
Rien ne meurt, rien ne se perd

Là, dans la mémoire du coeur
Les yeux fermés, tout s'éclaire
Les galaxies intérieures
On porte en soi l'univers... l'univers

Anima... Anima...
Emmène-moi, dans ton ailleurs de lumière
Anima...
Enivre-moi d'infini et de mystère... de mystère

Certains disent Dieu, je dis "l'âme"
Je dis l'homme, je dis femme
C'est la clé, le sésame

Rêves et souvenirs s'entrelacent
Dans le temps, dans l'espace
Comme pour retenir ce qui passe

Un amour naît d'une étoile
Pour se graver dans la pierre
Ainsi d'escale en escale
C'est la vie qui suit sa filière... sa filière

Anima... Anima
Emmène-moi dans ton ailleurs de lumière
Anima...
Enivre-moi d'infini et de mystère... de mystère.

Les collines en fleurs, les rivières,
Les couleurs de la terre
Les simples bonheurs de naguère
Rien ne se perd.
 

 


 

 

   
  6

Salima Dans Le Tramway
Salvatore Adamo

Salima dans le tramway
Avec son plus joli boubou
Bleu comme le ciel de Cotonou
Là-bas où c'est toujours l'été

Salima dans le tramway
Regarde la pluie sans même la voir
Elle est ailleurs dans une histoire
Qu'elle arrête pas de se raconter

Une histoire où elle est gazelle
Au grand soleil, elle se pavane
Quand le lion bondit devant elle
Et elle s'enfuit dans la savane

Elle court, elle crie et elle appelle
Son amoureux, son beau guerrier
Qui vient comme s'il avait des ailes
Risquer sa vie pour la sauver

Où va-t-elle? Où va-t-elle?
La gazelle dans le tramway
Qui glisse sur les pavés mouillés
Sous le ciel triste de Bruxelles

Où va-t-elle? Où va-t-elle?
Elle irait bien plus vite à pied
Sautant par-dessus les tramways
Sous le ciel triste de Bruxelles

Mais Salima n'est pas pressée
Elle va là où l'ennui l'attend
Place de Brouker elle descend
Elle entre dans un cabaret

Les clients qui s'impatientaient
Scandent son nom, elle apparaît
La voilà nue, et tristement
Elle sourit pour quelques francs

Salima danse les yeux fermés
Pour ne pas voir les sales regards
Des lions qui veulent la dévorer
"Sauve-moi avant qu'il ne soit trop tard"

Mais la prière à son guerrier
N'a que des rires pour écho
On l'a renvoyé sans papiers
Les temps sont durs pour les héros

Salima dans le tramway
Avec son plus joli boubou
Bleu comme le ciel de Cotonou
Là-bas où c'est toujours l'été

Où va-t-elle? Où va-t-elle?
La gazelle dans le tramway
Qui glisse sur les pavés mouillés
Sous le ciel triste de Bruxelles

Où va-t-elle? Où va-t-elle?
Elle irait bien plus vite à pied
Sautant par-dessus les tramways
Sous le ciel triste de Bruxelles

Où va-t-elle? Où va-t-elle?
Elle irait bien plus vite à pied
Où va-t-elle? Où va-t-elle?
Salima dans le tramway.
 

 


 

 

   
  7
Laissez Rever les Enfants
even in:  nl.
Salvatore Adamo

Laissez rêver nos enfants
Sans plus les déranger
Laissez-les vivre insouciants
Laissez-les s'envoler

Non, le loup n'est pas dans la rue
Non, veillons à ce qu'il n'y soit plus

Y a mille bons pour un méchant
Et ce n'est pas nouveau
Que le dernier évidemment
Fasse la une des journaux

Mais cette fois-ci c'en est trop
L'horreur profane l'innocence
Tout un peuple a le coeur gros
Et sa colère est immense.

Laissez rêver nos enfants
Laissez les vivre insouciants, laissez...
Laissez-les donc s'envoler
Sans plus les déranger, laissez...

Il a fallu qu'un dimanche
Une foule décidée
Vienne crier en silence
Que tout devait changer

Oui, le loup était dans la rue
Oui, la peur était revenue

Une pluie de roses blanches
Sur la ville est tombée
Pour laver toute la fange
Que nous collait aux pieds

Laissez rêver les enfants
Laissez-les vivre insouciants, laissez...
Laissez-les donc s'envoler
Sans plus les déranger, laissez...

Racontons à nos enfants
Des histoires enchantées
Avec des tapis volants,
Des princesses et des fées

Il ne tient qu'à nous les grands
Qu'ils puissent y croire encore
Que chacun retrouve le plan
De son île au trésor.

Laissez rêver les enfants
Laissez-les vivre insouciants, laissez...
Laissez-les donc s'envoler
Sans plus les déranger, laissez...

Laissez rêver les enfants
Laissez-les vivre insouciants, laissez...
Laissez-les donc s'envoler
Sans plus les déranger...
Laissez...
 

 


 

 

   
  8
Mon Ile A Moi
Salvatore Adamo

Mon île à moi
Ma plage au soleil
Malgré le gris du ciel
C'est toi

Mon île à moi
Caraïbe d'azur
Entre mes quatre murs
C'est toi

J'ai ouvert les yeux
J'ai ouvert mon coeur
Tu étais là...
Depuis je vais mieux
J'ai pris des couleurs
Dans tes bras
Dans tes bras

Mon île à moi
Ma terre d'espoir
Au bout de mes jours noirs
C'est toi

Mon île à moi
Loin de toutes les laideurs
Loin de toutes mes peurs
C'est toi

Mon île à moi
Mon paradis en fleurs
Mon printemps à demeure
C'est toi

Mon île à moi
Mon nid de douceur
Mon arpent de bonheur
C'est toi

Une île pour deux
Cachée en banlieue
Étrange...
On y rêve un peu
On s'aime tant qu'on veut
Ça nous change
Ça nous change

Mon île à moi
Mon étoile qui brille
Comme un phare dans la nuit
C'est toi

Mon île à moi
C'est ton âme et ton corps
L'île de tous mes trésors
C'est toi

Mon île à moi
Mon paradis en fleurs
Mon printemps à demeure
C'est toi

Mon île à moi
Mon nid de douceur
Mon arpent de bonheur
C'est toi

Mon île à moi
Mon étoile qui brille
Comme un phare dans la nuit
C'est toi

Mon île à moi
C'est ton âme et ton corps
L'île de tous mes trésors
C'est toi.
 

 


 

 

   
  9
Ce Sera Toi
Salvatore Adamo

Plonger dans un regard
D'azur ou d'eau claire
M'envoler au bout d'un rêve
Laisser tous mes brouillards
Enfin loin derrière
Dans une histoire qui s'achève
Léger, léger, débarrassé
D'un vieil amour trop lourd à porter
Tout seul, tout seul

Amour fané, amour cassé
Amour fou qui nous a laissés
Tout seuls, tout seuls

Mais un air qui revient...
Et ce sera toi
Une silhouette au loin...
Et ce sera toi
Un mot qui t'appartient
Et mille petits riens
Et ce sera toi...

A mon coeur défendant
J'ai gardé ton absence
Fleur séchée dans les pages d'un livre
Tant de gestes de toi
Gravés dans le silence
Te dessinent et te font revivre

Je pense à toi, je pense à toi
Tu ne me manques pas,
Je suis bien comme ça
Tout seul, tout seul

Et tu es là, sans être là
Comme autrefois
Je suis avec toi
Mais tout seul, tout seul

Mais un air qui revient...
Et ce sera toi
Une silhouette au loin
Et ce sera toi

Un mot qui t'appartient
Et mille petits riens
Et ce sera toi...

Une table, un café
Et ce sera toi
Un parfum retrouvé
Et ce sera toi
Une femme sur un quai
Qu'un instant je suivrai
Et tu disparaîtras
Comme à chaque fois...
 

 


 

 

   
  10
Quelle Mouche T'a Piquee ?
Salvatore Adamo

J'ai mis dix sucres dans le café
Il reste amer et même salé
Je peux pas croire que tu m'aies quitté
Va savoir quelle mouche t'a piquée

Je suis embourbé dans mes pensées
Je me passe la tête à l'eau glacée
J'ai toujours pas réalisé
Va savoir quelle mouche t'a piquée

Tu m'as dit d'un air décidé
"Je vais un tour au supermarché"
Mais depuis le temps t'as pu t'acheter
De quoi vivre une éternité

Je vois pas de quoi tu pouvais manquer
Va savoir quelle mouche t'a piquée

Reviens, veux-tu bien
Tu connais le chemin
Il est temps de rentrer
Sinon je te préviens
Je t'oublie dès demain
Faut pas exagérer

T'aurais pu réfléchir
T'aurais pu emporter ta clé
Je serais pas là à te maudire
A te guetter toute la journée
Toute la nuit, toute l'année

Et ces chansons que je te fredonne
Et ses petits plats que je te mitonne
Ne me dis pas que t'as tout oublié
Va savoir quelle mouche t'a piquée

Je te fais des câlins comme personne
Je fais l'amoureux et je fais la bonne
Comment vas tu me remplacer?
Va savoir quelle mouche t'a piquée

Y a tes bouquins, tes pull-overs
Qui traînent comme perdus sur la mer
J'ai tout rangé, dépoussiéré
Tout recollé, tout réparé
T'as de la veine que j'aime bricoler
Va savoir quelle mouche t'a piquée

Reviens, veux-tu bien
Tu connais le chemin
Il est temps de rentrer
Sinon je te préviens
Je t'oublie dès demain
Faut pas exagérer

Reviens, veux-tu bien
Tu connais le chemin
Et encore faudra-t-il
Que tu me supplies à genoux
Sinon je te préviens
Je t'oublie dès demain
Suffit pas d'un coup de fil
Me revoici coucou

Reviens, veux-tu bien
Tu connais le chemin
Il est temps de rentrer
Sinon je te préviens
Je t'oublie dès demain
Faut pas exagérer
Faut pas exagérer.
 

 


 

 

   
  11
Le Village
Salvatore Adamo

Il y avait un village tranquille
Et dans ses rues des enfants qui jouaient
Dans les bistrots les vieillards volubiles
Se souvenaient de tout et racontaient

Il y avait la paisible pagaille
Des gens venus de tous les horizons
Même s'ils vivaient parfois... vaille que vaille
Ils partageaient le vin et les chansons

On chantait pour les semailles
On chantait pour la moisson
On fêtait les épousailles
L'amour avait sa saison
N'était-ce qu'une illusion?

Un jour, les hommes au gré de leur superbe
Ont avoué d'étranges nostalgies
Chacun son Dieu, son roi, chacun son verbe
Chacun son sang, son rang, sa mère-patrie

Et le village fut un champ de bataille
Et la folie dirigeait ses armées
On le saigna... retourna ses entrailles
Et dans ses rues les enfants sont tombés

On oublia les semailles
On oublia la moisson
Oubliées les épousailles
La haine avait sa saison
La mort a toujours raison

Dans le village les maisons sont désertes
Des chiens errants attendent les absents
Ils sont ailleurs... où l'herbe est bien moins verte
Ou nulle part... sont-ils au moins vivants?

J'éteins la télévision.
 

 


 

 

   
  12
Dans Le Regard d'Une Femme
Salvatore Adamo

Dans le regard d'une femme
J'ai traversé toutes les mers
Dans le regard d'une femme
Au fil des étés, des hivers

J'ai vu toute la gamme
Des sortilèges et des mystères
Dans le regard d'une femme
D'un peu de ciel, d'un peu d'enfer

Dans le regard d'une femme
Tout est écrit, ombres et lumières
Regard miroir de l'âme
Regard en fleurs, regard désert

Regard de toutes les douceurs
Qui invitent à mille bonheurs
En confiance
Regards vers des lointains ailleurs
Où plane l'étrange lueur
D'une absence

Dans le regard d'une femme
J'ai vu des tendresses blessées
Enfouies sous tous les drames
Des promesses que la vie a oubliées

Dans le regard d'une femme
Tout est écrit, ombres et lumières

Des certitudes de néant
Des solitudes de cent ans
Des regrets
Des pluies, des brumes, des frimas
Des déchirures, des combats
En secret

Dans le regard d'une femme
J'ai vu des soeurs, j'ai vu des mères
Le poing levé, en larmes
Devant les fous, devant leur guerre

Comme une biche brame
Pour l'enfant volé, chair de sa chair
Dans le regard d'une femme
J'ai vu tout l'amour de la terre

Dans le regard d'une femme...
Tout est écrit, ombres et lumières
Dans le regard d'une femme...
Tout est écrit, ombres et lumières.
 

 


 

 

   
  13
Ils s'Aimaient
(dedicated to O. Henry)
Salvatore Adamo

Elle avait des cheveux qui coulaient en rivière
Jusqu'au bas de son dos, elle en était très fière
Elle avait des grands yeux, elle avait tout pour plaire
Elle rêvait de s'envoler loin de son quartier de misère

Il voulait l'épouser, oui mais comment faire?
Il n'avait pas de boulot, il ne possédait rien
Qu'une montre en argent héritée de son père
Et encore, sans la chaîne, ce qui faisait encore moins

Mais ils s'aimaient, ils s'aimaient, ils s'aimaient
Ils s'aimaient, ils s'aimaient
Ils s'aimaient, ils s'aimaient, ils s'aimaient
Ils s'aimaient, ils s'aimaient

Ils s'aimaient tendrement, sans chichi, sans manière
D'un amour grandissant qui eut bientôt un an
Qu'allaient-ils donc s'offrir pour cet anniversaire?
Ils n'avaient que leurs rêves, leur jeunesse et leur temps

Mais ils s'aimaient, ils s'aimaient, ils s'aimaient
Un peu plus chaque jour
Ils s'aimaient, ils s'aimaient, ils s'aimaient
C'est merveilleux l'amour

Elle passa par hasard devant un antiquaire
Elle vit à l'étalage une chaîne en argent
Elle coupa sans regret ses cheveux en rivière
Pour les vendre au coiffeur d'un amoureux élan

Mais quelques heures plus tôt chez le même antiquaire
Il avait vu un peigne, lui aussi en argent
Comme rien n'était trop beau pour ses cheveux en rivière
Il sacrifia sa montre d'un même touchant élan

Quand il la revit le soir, il la trouva très moche,
Elle lui dit "qu'est-ce t'as donc? tu demandes l'heure à tout va"
Elle mit le peigne dans son sac, lui la chaîne dans sa poche
Et l'amour dans tout ça prit peur et s'envola

Ils s'aimaient, ils s'aimaient
Ils s'aimaient, ils s'aimaient, ils s'aimaient
Ils s'aimaient, ils s'aimaient
Ils s'aimaient, ils s'aimaient, ils s'aimaient
Ils s'aimaient, ils s'aimaient, mais parfois
La vie vous joue des tours
Ils s'aimaient, mais on ne saura jamais
A quoi ça tient l'amour

Quand il la revit le soir, il la reconnut à peine
Elle lui dit "mon amour, t'as plus d'une heure de retard"
Ils ont ri et pleuré devant le peigne et la chaîne
Mais l'amour triomphant prit un nouveau départ

Car ils s'aimaient, ils s'aimaient
Ils s'aimaient, ils s'aimaient
Ils s'aimaient, ils s'aimaient, ils s'aimaient
Ils s'aimaient, ils s'aimaient, ils s'aimaient
Ils s'aimaient, ils s'aimaient, ils s'aimaient
Un peu plus chaque jour
Ils s'aimaient, ils s'aimaient, ils s'aimaient
C'est merveilleux l'amour.
 

 


 

 

   
  14
Ceux Qui s'Aiment
Salvatore Adamo

Ceux qui s'aiment,
Ceux qui cueillent l'or du temps
A pleines mains
Qui promènent le printemps
Sur leur chemin
Ceux qui s'aiment...
Toi et moi...

Ceux qui s'aiment
Ont le pas léger, léger
Comme un arpège
Et ne laissent pas de traces
Sur la neige

Ceux pour qui
Chaque heure est une telle ivresse
Qu'ils s'envolent
Sur les mots de leurs promesses
Bien plus haut que l'habitude
Et sa grisaille
Pour fêter dans les étoiles
D'éternelles fiançailles
Ceux qui s'aiment, ceux qui s'aiment

Ceux qui s'aiment savent trop bien
Qu'une vie n'est que deux fois rien
Pour écrire un amour sans fin
Ceux qui s'aiment
Mais ceux qui s'aiment
Ont dans les yeux
D'autres terres, sous d'autres cieux
Où ils vivent à l'unisson des dieux
Ceux qui s'aiment
Ceux qui s'aiment


Ceux qui s'aiment
Dans le bien et dans le mal
La déchirure
Jusque dans la déraison,
La démesure
Ceux qui s'aiment, toi et moi...

Ceux qui s'aiment
Qui se chantent des chansons
Pour leurs blessures
Qui murmurent leur prénom
Et se rassurent
Ceux qui ont des arcs-en-ciel
Au bout des cils
Lorsque le soleil revient
Après l'exil

Ceux qui n'ont que leur amour
Pour toute adresse
Qui à force de tendresse
Ont construit leur forteresse
Ceux qui s'aiment

Ceux qui s'aiment savent trop bien
Qu'une vie n'est que deux fois rien
Pour écrire un amour sans fin
Ceux qui s'aiment
Mais ceux qui s'aiment
Ont dans les yeux
D'autres terres, sous d'autres cieux
Où ils vivent à l'unisson des dieux
Ceux qui s'aiment
Mais ceux qui s'aiment
Ont dans les yeux
D'autres terres, sous d'autres cieux
Où ils vivent à l'unisson des dieux
Ceux qui s'aiment

Ceux qui s'aiment,
Toi et moi...



Final

Chorus:
na na na na na
na na na na na
na na na na na

Ceux qui s'aiment,

Chorus:
na na na na na
na na na na na
na na na na na


Ceux qui s'aiment,

Chorus:
na na na na na
na na na na na
na na na na na


Ceux qui s'aiment,

Chorus:
na na na na na
na na na na na
na na na na na
...

 


 

   
 Home



*

Salvatore ADAMO

Album Studio - R
egard
- France Edition - 12/1998

Testi. Lyrics. Paroles. Songtext. Letras - for personal use only

Copyright "Tonight Music"


*

WebSite: ADAMO in Italiano by Davide Costa © 1999-2018