Salvatore ADAMO

Album Studio

La Vie Comme Elle Passe

*© "Tonight Music"

 


 

 

   
  1

Jours De Lumiere
Salvatore Adamo

En ce temps là nous aurions décroché la lune
Pour gagner le tour gratuit au manège de la vie
Nous flânions en chemin, nous chantions pour des prunes
Cueillant de ci de là le sourire d'une fille

C'était encore le temps des émotions primaires
On s'emplissait les yeux d'un coucher de soleil
Nous n'avions ni le goût, ni le sens des affaires
Mais un sens de la vie qui n'a plus son pareil
Comme avant, comme avant,
En ces jours de lumière
J'aimerais tant retrouver
Les parfums oubliés
Des bonheurs ordinaires
En ces jours de lumière

C'était aussi le temps des amitiés sans faille
Prêts pour tous les départs ensemble à l'arrivée
Nous étions deux amis et qu'importait la taille
Nous étions deux géants, nous étions une armée

Comme avant, comme avant,
En ces jours de lumière
J'aimerais tant retrouver, les parfums oubliés
Des bonheurs ordinaires
En ces jours de lumière
Nous avions tous les pouvoirs,
Dans nos solitudes d'or
Nous gardions tous nos espoirs,
Nous ne drapions pas encore
En ces jours de lumière, en ces jours de lumière
En ces jours de lumière...

Et nous passions des nuits à retoucher le monde
Et au petit matin nous avions tout compris
Nous avions les idées, nous avions la faconde
Tout devait être beau, il suffisait d'un "si"
Comme avant, comme avant,
En ces jours de lumière
J'aimerais tant retrouver
Les parfums oubliés
Des bonheurs ordinaires
Comme avant, comme avant
En ces jours de lumière
J'aimerais tant retrouver
Les parfums oubliés
Des bonheurs ordinaires.
 

 


 

 

   
  2

La Vie Comme Elle Passe
(with Toots Thielemans)
Salvatore Adamo

Oh... prends la vie comme elle passe
En gardant une petite place
Pour tes rêves bien au chaud
Et si le malheur te fait face
Pour graver sa dédicace
Dans ton âme et sur ta peau

Alors prends-le de haut
Regarde les oiseaux
Mais oui prends-le de haut
Et rêve encore plus haut
Plus haut que la vie qui passe
Juste sur l'étoile d'en face
Là où tout paraît plus beau
Là où tout est bien plus beau... Hmmmmm


Oui prends la vie comme elle passe
Et si parfois ton angoisse
Prend les couleurs du dégoût
Tiens bon, va jusqu'au bout
Même si le monde est fou
Mais oui va jusqu'au bout
Dis-toi que malgré tout
Aussi mal que la vie te fasse
Il viendra l'instant de grâce
Qui fera qu'elle vaudra le coup
Oui ta vie vaudra le coup
La vie vaut toujours le coup...
 

 


 

 

   
  3

Un Sourire
Salvatore Adamo

Qu'est-ce qui fait craquer les gens?
Qui fait s'arrêter le temps
Qui vous laisse sans argument
Vous désarme et vous chavire
Qu'est-ce qui fait qu'en un instant
On est tous comme des enfants
Qui trouvent en s'émerveillant
Des pièces d'or dans leur tirelire
Un sourire, un sourire

Ça ne coûte que le plaisir
De l'offrir ou de le cueillir
Mais ça vous paie votre arc-en-ciel sous la pluie
Ça se porte été comme hiver
Tout devient gris quand on le perd
C'est la cerise sur les rares douceurs de la vie
Qu'est-ce qui peut là, sur le champ
Dans la neige et dans le vent
Vous ramener un vrai printemps
Et toutes ces fleurs pour vous séduire
Un sourire, un sourire

Ça peut passer toutes les frontières
Pas besoin de dictionnaire
Dans toutes les langues ça se traduit
"On t'aime bien"
Que tu sois pauvre ou millionnaire
Président ou fonctionnaire
Si tu es seul, n'hésite pas
Ça crée des liens

Ça pourrait arrêter les guerres
Mais les hommes sont fous et préfèrent
Envoyer des bombes, des missiles
Sur leur voisin

Qu'est-ce qui fait craquer les gens?
Qui fait s'arrêter le temps
Qui vous laisse sans argument
Vous désarme et vous chavire
Un sourire, un sourire
Un sourire...
 

 


 

 

   
  4

Sans Domicile
Salvatore Adamo

Elle a du vent dans la tête
Et ses souvenirs qui s'envolent
C'est pour ça qu'on la rejette
C'est pour ça qu'on la dit folle

Alors elle parle aux oiseaux
Ou elle fait des ronds dans l'eau
Et des petites choses qui la retienne
De se jeter dans la Seine

Elle a un trou dans le coeur
Et plein d'amour qui se perd
Elle aime dans la douleur
Un type qu'en a rien à faire
Alors, elle veut plus être belle
Elle veut plus rien être du tout
Elle dort entre deux poubelles
Tout près d'un chat qui s'en fout

Et puis... y a tous ces trains
Qui partent au loin
Et puis... y a le quotidien
Et tous ses liens
Et puis... y a le temps qui file
Et puis c'est plus facile
De s'inventer une île... sans domicile

Elle a du vent dans la tête
Et son esprit qui s'étiole
Elle sait plus dans quelle tempête
Elle a largué sa boussole
C'est vrai qu'avec son ombrelle
Qu'elle ouvre même sous les ponts
On dirait une caravelle
Échouée sur le béton

Elle regarde les autres paumés
Les naufragés de l'hiver
Mais c'est chacun de son côté
Chacun pour soi en enfer
Elle ne veut rien savoir d'eux
Et surtout pas leur histoire
Elle veut pas se voir
Dans leurs yeux
Elle a trop peur des miroirs

Et puis... y a tous ces trains
Mais quel est le sien
La vie à quoi ça tient
À presque rien
Suffit... qu'on soit fragile
Suffit... qu'on se sente inutile
Et on se perd dans la grande ville
Sans domicile.
 

 


 

 

   
  5

Il Faut De Tout Pour Faire Un Monde
Salvatore Adamo

Il faut de tout pour faire un monde
Des gens qui rient, des gens qui pleurent
On voit de tout au fil de l'onde
Au gre des gouts et des couleurs
Le bien et le mal se repondent
Il faut de tout pour faire un monde

Il faut les fous qui tracent les chemins
Pour que les sages les suivent plus tard
Il faut les loups qui hurient au loin leur faim
Et les toutous loges, nourris, peinards
Faut les moutons, ceux qui les tondent
Il faut de tout pour faire un monde

Il faut de tout pour faire un monde
Des "Noel blancs" ou rouge-sang
Et des idees nauseabondes 
Qui vont du passe au present
Et la betise qui mene la ronde
Il faut de tout pour faire un monde

Des gens qui meurent dans leur desert brulant
Que les vacanciers survolent en chantant
Y a les vainqueurs, y a helas les perdants
Faut-il vraiment des gens qui tuent des gens ?
Faut-il l'horreur, faut-il l'immonde ?
Faut-il de tout pour faire un monde ?

Des gens d'argent et puis des indigents
Des gens qui amassent et d'autres qui restent "gros-jean"
Des gens de bien, des gens intelligents
Qui aiment commander les gens en les grugeant
De Gernica a la Joconde
Il faut de tout pour faire un monde

Des gens qui savent tout qui n'disent rien aux gens
Des gens qui n'savent rien, qui disent tout pourtant
Des gens qui ont' l'temps et d'autres qui courent tout le temps
Des Gent qui pasent, des bons et des mechants
Le bien et le mal se confondent
Il faut de tout pour faire un monde

Il faut de tout pour faire un monde

Il faut de tout pour faire un monde.
 

 


 

 

   
  6

Fumee Blonde
Salvatore Adamo

Tu dansais dans mes bras
Comme une fumée blonde
Tu dansais dans mes bras
Et j'embrassais le monde

Un saxo en émoi, les violons qui répondent
Le muguet, le lilas
L'organdi, le taffetas
Je planais à la ronde

Et puis plus rien
Qu'un souvenir qui va, qui vient
Comme un parfum, comme un refrain
Comme un écho lointain

Mais j'allais bien
Surtout depuis que j'avais pu t'oublier
Mais il suffit d'un soir
D'un regret, d'un hasard...

"Heureux de te revoir!"

Tu dansais dans mes bras
Comme une fumée blonde
Tu dansais dans mes bras
Et j'embrassais le monde

Et nous voilà
Au petit bal, rien n'a changé
Comme si le temps s'était figé
S'est-on vraiment quittés

Cent ans déjà
Juste aujourd'hui,
Avoue, tu t'en souvenais
D'accord ne me dis rien
Mais donne-moi la main
Dansons jusqu'au matin

Te voilà dans mes bras
Comme une fumée blonde
Te voilà dans mes bras
Et j'embrasse le monde.
 

 


 

 

   
  7
Et De l’Argent
Salvatore Adamo

Mon Dieu, donne moi du soleil
du soleil et de l'amour
de l'amour, du soleil
et de l'argent
Mon Dieu
Toi qui fait des merveilles
Donne-moi de l’oseille
De l’oseille et du blé
Et de l’argent

J’me tiens bien tranquille
Caché dans ma p’tite ville
J’n’veux pas faire l’difficile
Mais j’en peux plus
Vois comme je m’affaire
Pour gagner une misère
Je te jure, je crache par terre
tu n'm'y auras plus

Je travaille à la chaîne
et j'ai les mains toutes grasses
alors pour une semaine
prête-moi donc ta grâce
et qu'à cela ne tienne
je peux prendre ta place
et tu prendras la mienne
tiens ! tu fais la grimace

Mon Dieu, donne moi du soleil
du soleil et de l'amour
de l'amour, du soleil
et de l'argent
Mon Dieu
Toi qui fait des merveilles
Donne-moi de l’oseille
De l’oseille et du blé
Et de l’argent

J'te laisse mon courage
et mon esprit civique
et tout mon surmenage
et mon rasoir électrique
J'te laisse la télé
j'ai payé mon loyer
j'ai réglé l'EDF
j'ai dit bonjour au chef

Tu verras comme on s'aime
dans nos chers HLM
on est tous solidaires
entre co-locataires
mais ne pense pas trop fort
quand y a l'voisin qui dort
ne te gratte pas la tête
ou tout l'immeuble rouspète

Mon Dieu si tu veux t'amuser
tu devrais essayer
ce parcours de santé
sur notre belle terre
Mon Dieu, où es tu donc passé
on n'peut plus plaisanter
je voulais pas t'vexer
ah! quel sale caractère !


Mon Dieu, donne moi du soleil
du soleil et de l'amour
de l'amour, du soleil
et de l'argent
Mon Dieu
Toi qui fait des merveilles
Donne-moi de l’oseille
De l’oseille et du blé
Et de l’argent

Donne moi de l'oseille
de l'oseille, du pognon
et de l'argent
Donne moi de l'oseille
de l'oseille et du pèze
et de l'argent
Donne moi de l'oseille
de l'oseille et du flouze
et de l'argent
Donne moi de l'oseille
de l'oseille et de la thune
et de l'argent
Donne moi de l'oseille
de l'oseille et du fric
et de l'argent
et de l'argent.
 

 


 

 

   
  8
De l'Autre Cote Du Pont
(dedicated to Admira and Bosko)
Salvatore Adamo

Admira et Bosko s'aimaient d'amour tendre
Mais à Sarajevo qui aurait pu comprendre
Que le coeur d'une musulmane
Puisse battre pour celui
Que la raison condamne
Le Serbe, l'ennemi... l'ennemi

Mais de l'autre côte du pont
C'est déjà la frontière
De l'autre côté du pont
Il n'y a pas la guerre
Les soldats comprendront
Ils sont tous de notre âge
De l'autre côté du pont
On fera un beau mariage
On fera un beau mariage

Admira et Bosko marchent vers l'autre rive
Les mains nues, le coeur gros et l'âme bien naïve
"Soldats, ne tirez pas!
On est jeune et on s'aime
La guerre on n'en veut pas
Où est donc le problème...
Nous on s'aime".

Mais de l'autre côté du pont
Ou de ce côté qu'importe
C'est la loi du canon
C'est l'horreur qui l'emporte
Admira et Bosko
Les yeux dans les étoiles
En un parfait duo
Tombent sous la rafale
Tombent sous la rafale

Admira et Bosko foudroyés en plein rêve
Dorment depuis bientôt quatre nuits sous la neige
Et personne n'accourt
Ni Musulmans, ni Serbes,
Juste quelques vautours
Pas une fleur, pas une gerbe... pas une gerbe.

Mais de l'autre côté du pont
C'est déjà la frontière
De l'autre côté du pont
En on a riens a faire
Le fleuve sous le pont
Coule toujours le même
Y a que dans les chansons
Qu'on fête ceux qui s'aiment
Qu'on fête ceux qui s'aiment.
 

 


 

 

   
  9
L'Age De Regrets
Salvatore Adamo

Je cours, je cours et les années s'enchaînent
Accroche-toi vieux coeur d'adolescent
J'ai encore quelques rêves qui m'entraînent
Faut que je les réalise avant longtemps

Tant que j'entends l'appel de l'aventure
Tant qu'il galope encore mon cheval blanc
C'est vrai, je dois soigner quelques blessures
C'est vrai que je trébuche plus souvent
Mais je sais... oui je sais...

Qu'on n'a que l'âge de ses regrets
Et moi la vie je l'aime telle qu'elle est
Je l'aimais aussi telle qu'elle était
Mais je sais...

Tout ce que j'aurais dû avoir fait
Et j'ai pas le temps pour les regrets
Les "trop tard" les "si j'avais su"
Les doigts que je me suis mordus
Je sais... je sais qu'on ne m'y reprendra plus

Oui j'aime la vie malgré ses gros mensonges
A mes moments bénis j'y crois encore
Et dès qu'elle me sourit, je fonds, je plonge,
Comme pour une fille qui me ferait perdre le nord

Et je m'envole à l'autre bout de la terre
Tout est permis dans mon imaginaire
Et je me dis tant pis pour les affaires
C'est sur que plus je regarde en arrière
Plus je sais... plus je sais

Qu'on n'a que l'âge de ses regrets
Et moi la vie je l'aime telle qu'elle est
Je l'aimais aussi telle qu'elle était
Mais je sais...

Tout ce que j'aurais dû avoir fait
Et j'ai pas le temps pour les regrets
Je sais...

Tout ce qui se défait qui disparaît
Tout ce qui se perd à tout jamais
Les infinies raisons du coeur
Que ne savent pas les ordinateurs...

On n'a que l'âge de ses regrets
Et moi la vie je l'aime telle qu'elle est
On n'a que l'âge de ses regrets
Et moi la vie je l'aime telle qu'elle est

Je l'aimais aussi telle qu'elle était
On n'a que l'âge de ses regrets
Et moi la vie je l'aime telle qu'elle est
Je l'aimais aussi telle qu'elle était...
 

 


 

 

   
  10
Le Silence
Salvatore Adamo

Qu'il était beau, le silence
Quand il voulait tout dire
Lorsque l'amour en partance
Nous promettait son empire
Lorsqu'au bout de nos errances
Nous nous trouvions enfin
Qu'il était beau, le silence
Lorsque les mots étaient vains

Mais qu'il est lourd, le silence
Quand il ne dit plus rien...
Plus rien
Quand chacun dans sa nuit
Attend l'aurore
Nous aimons-nous encore
À chacun ses regrets...
Mais où aller... que faire
On en peut plus se taire
Alors je dis ton nom
Et toi, tu dis Amour
Et moi, je te réponds
Vieillirons-nous un jour

Qu'il était beau le silence
Quand il sous-entendait
Une infinie concordance
De tous nos rêves secrets
C'est vrai qu'il était d'or
Et de poussière d'étoiles
Riche de tous les accords
Des choeurs des cathédrales

On s'attend tous les soirs
Sur le quai des départs
Veux-tu qu'on lève l'ancre
Vers de clairs lendemains
Mais qu'est-ce qui nous retient
Cloués, la peur au ventre
Alors, je dis ton nom
Et toi, tu dis Amour
Et moi, je te réponds
Vieillirons-nous un jour

Qu'il était beau, le silence
Qu'il était beau, le silence.
 

 


 

 

   
  11
Que sont mes Amis Devenus ?
(Gli Amici Miei)
Roberto Vecchioni/Salvatore Adamo

Je me souviens, il n'y a pas si longtemps
Je les retrouvais chaque soir
Presque insolents du haut de nos vingt ans
Nous nous racontions mille espoirs
Et puis le monde a changé
Sous les ponts l'eau a coulé
Emportant toutes nos belles idées
Et chacun de son côté, on a tout recommencé
Et c'est la vie qui a gagné...

Mais depuis, que sont tous mes amis devenus?
Dans quel brouillard se sont-ils perdus?
Où sont-ils donc, que font-ils donc?
Tous mes amis que je n'entends plus

Tout doucement, vint le joli moment
De te chercher mon bel amour
J'ai connu des filles radieuses, amoureuses
Oubliées dans les brumes du petit jour
Et ils étaient encore là, pour rire et applaudir
Ou simplement m'ouvrir les yeux
Et je ne comprends toujours pas, où ils ont pu courir
Se disperser sous d'autres cieux...

Va savoir
Que sont tous mes amis devenus?
Dans quel brouillard se sont-ils perdus?
Où sont-ils donc, que font-ils donc?
Tous mes amis que je n'entends plus

Écoute-moi, toi qui dors près de moi
Toi qui m'aime et me comprend
Rassure-toi, je suis bien avec toi
Mais je me laisse aller par l'instant
Moi je ne suis qu'un petit homme, sous son globe de verre
Je peux plus sortir de mon histoire
J'ai usé toutes me gommes, mais il n'y a rien à faire
Je peux pas effacer ma mémoire
Alors suis-moi, juste en fermant les yeux
Je t'emmène au fil des années
J'entends déjà leurs pas, je les devine heureux
De savoir que je t'ai trouvé
Et je reconnais leurs voix
La douce, la ténue, la têtue, la désespérée
Ils sont là comme autrefois
Je les sens autour de moi
Rien que de t'en parler

Car ce soir,
Tous mes amis me sont revenus
La vie, le temps rien ne compte plus
Fiers et fringants comme à vingt ans
Tous mes amis me sont revenus

Tous mes amis me sont revenus
Mais non crois-moi, non je n'ai pas bu
Ils étaient là... au fond de moi
Mes amis... que je croyais perdus.

Tous mes amis me sont revenus.
 

 


 

 

   
  12
Ramene-moi
Salvatore Adamo

Je dirai plus que j'ai le mal de toi
J'ai survécu
J'ai plutôt le mal de moi
Je me trouve plus
Je suis même plus dans mon miroir
C'est toujours toi que j'y vois
Y a comme de la magie noire
J'ai plus ma tête à moi

Mais je me demande
Si tu demandes ce que je deviens
Je suis comme des bras qui se tendent
Je sers à rien
T'es partie en emportant
Tout le plus clair de mon temps
Et ce qui avait de meilleur en moi
Tout simplement toi

Au moins ramène-moi
Je suis plus là sans toi
Depuis que tu es partie
Je suis perdu, perdu avec toi
Au moins ramène-moi
Si loin que tu sois
Peut-être que tu l'as pas remarqué
Je suis là, derrière toi
Alors ramène-moi

C'est pas vraiment que je me souvienne
Je vis au présent
Y a ta main qui tient la mienne
Comme avant
Quelque part sur quelques chaînes
Y a notre film qui continue
Mais tu as débranché l'antenne
Je ne te reçois plus

Au moins ramène-moi
Je suis plus là sans toi
Depuis que tu es partie
Je suis perdu, perdu avec toi
Au moins ramène-moi
Si loin que tu sois
Peut-être que tu l'as pas remarqué
Je suis là, derrière toi
Alors ramène-moi

Un an, un jour que je me vois plus
Je m'en vais faire porter disparu
J'ai beau guetter à ma fenêtre
Je vois rien revenir
A part mes lettres
A part mes lettres

Au moins ramène-moi
Je suis plus là sans toi
Depuis que tu es partie
Je suis perdu, perdu avec toi
Au moins ramène-moi
Si loin que tu sois
Peut-être que tu l'as pas remarqué
Je suis là, derrière toi
Alors ramène-moi
Peut-être que tu m'as pas remarqué
Je suis là, ramène-moi.
 

 


 

 

   
  13
Lola
Salvatore Adamo

Lola, Lola
Quand la nuit catalane
Étale ses lilas
Sous le ciel étoilé
Lola, Lola
Tu redeviens gitane
Te me voilà
Envoûté, condamné

Condamné à mourir quand tu danses
Une rose rouge entre les dents
Condamné à toutes les patiences
Quand tu me laisses à feu et à sang

Oh Lola, oh oh oh oh oh Lola
Fallait pas, fallait pas me regarder
Au fond de l'âme
Oh Lola, oh oh oh oh oh Lola
Dans mon coeur, le malheur se planté
Comme une lame, comme une lame
Aïe, aïe, aïe, aïe...

Lola, Lola
Par un noir sortilège
Au fond de moi
La folie s'est glissée
Lola, Lola
Me voilà pris au piège
Me damner pour toi
Ou ne plus exister

Danse, danse Lola, danse, danse
cueille toutes les étoiles autour de toi
Drape-toi dans ton indifférence
Tu finiras la nuit dans mes bras

Oh Lola, oh oh oh oh oh Lola
Fallait pas, fallait pas rallumer
L'antique flamme
Oh Lola, oh oh oh oh oh Lola
Cet enfer que j'avais oublié
Je le réclame
Oh Lola, oh oh oh oh oh Lola
Fallait pas, fallait pas me regarder
Au fond de l'âme,
Au fond de l'âme.
 

 


 

 

   
  14
J'Plaisantais
Salvatore Adamo

Faut pas m'en vouloir, y a des fois tu sais, j'sais plus c'que j'dis
Y a des mots qui viennent, des mots qui s'dechainent, qui defient
Qui defient les petites vies
Qui defient les p'tits jours tout gris
Qui defient l'amour qui s'ennule
Mais tu vois, j'divague, j'sais c'que j'dis

Ne pleure pas, J'plaisantais
J'dis ca comme ca, tu me connais
J't'aime, tu m'aimes, tout est parfait...parfait...parfait

Faut pas m'en vouloir, y a des fois tu sais, j'sais plus c'quem j'veux
Quand le ciel est trop bien
Moi je me sens bien mieux
A rever qu'il pleut
A rever qu'on n's'est pas trouves
Que demain on va se rencontrer
A rever aux premiers coeurs a corps
Mais tu vois j'm'egare, j'delire encore

Ne pleure pas, J'plaisantais
J'dis ca comme ca, tu me connais
J't'aime, tu m'aimes, tout est parfait...parfait...parfait

Faut pas m'en vouloir, y a des fois tu sais, j'voudrais retruver
Nos premiers "je t'aime", reprende les memes et recommencer
Commencer sans deviner le fin
Esperer sans etre trop certain
Te quitter pour pouvoir te revenir
Mais tu vois, j'repars dans mon delire

Ne Pleure pas, J'plaisantais
J'dis ca comme ca, tu me connais
J't'aime, tu m'aimes, tout est parfait...parfait...parfait

Ne Pleure pas,
J'dis ca comme ca, tu me connais
J't'aime, tu m'aimes, tout est parfait...parfait...parfait

Ca comme sa, tu connais.
 

 


 

 

   
  15
Le Cerf-Volant
Salvatore Adamo

Cerf-volant
Volant au vent
Ne t'arrête pas
Vers la mer
Haut dans les airs
Un enfant te voit
Voyage insolent
Troubles enivrants
Amours innocentes
Suivent ta voie
Suivent ta voie
En volant

Cerf-volant
Volant au vent
Ne t'arrête pas
Vers la mer
Haut dans les airs
Un enfant te voit
Et dans la tourmente
Tes ailes triomphantes
N'oublie pas de revenir
Vers moi.
 

 


 

 

   
  16
Un Homme
Salvatore Adamo

Je suis moi et je suis tous les autres
Je me tais quand on parle en mon nom
Ni héros... ni fou ni bon apôtre
Je me perds dans mes contradictions
Je suis un homme... parmi les hommes

Parfois grand du fond de ma misère
Parfois vil du haut de ma splendeur
Loin de moi les larmes m'indiffèrent
Mais quand je l'aime... je m'attaque au malheur
Je suis un homme... parmi les hommes

Un homme de rage et d'amour
D'argile et d'immensité
D'espoirs et d'abandons tour à tour
Un homme, libre et enchaîné

Qui gémit qui pleure comme toi
Toi, la femme qui attends trop de moi
Je suis mon tout, mon néant à la fois
Je suis un homme de toutes les erreurs et j'ai peur...

Même si le jeu est perdu d'avance
J'ai mes rêves et j'ai ma vanité
Qui parfois font mal à ma conscience
Mais je respire en toute dignité
Je suis un homme... parmi les hommes

Un homme... de rage et d'amour
Un homme... qui voudrait tout changer
Qui gémit qui pleure comme toi
Toi, la femme qui attends trop de moi
Je suis mon tout, mon néant à la fois
Un homme
Le hasard m'a posé sur la terre
J'en étais le fruit, j'en suis le ver
Je m'insurge, mais je laisse faire
Je suis un homme de toutes les erreurs et j'ai peur
Je suis un homme... parmi les hommes
Je suis un homme... parmi les hommes.
 

 


 

   
 Home



*

Salvatore ADAMO

Album Studio -
La Vie Comme Elle Passe - France Edition - 10/1995

Testi. Lyrics. Paroles. Songtext. Letras - for personal use only

Copyright "Tonight Music"


*

WebSite: ADAMO in Italiano by Davide Costa © 1999-2018